Planete Speedou
Bonjour et bienvenue sur le forum de La Planète Speedou,

Avant de vous inscrire, nous vous invitons à prendre connaissance du règlement.
Nous rappelons que bien que les inscriptions sont gratuites, que la présentation est obligatoire :

L'inscription implique l'acceptation sans conditions de ce règlement, si vous ne l'acceptez pas, ne vous inscrivez pas. Veuillez s'il vous plait lire très attentivement celui-ci.

Nous ne donnons que 7 jours à compter du jour d'activation pour vous présenter, ce qui est la moindre des choses quand on entre dans une communauté tel qu'un forum. Passé ce délai, votre profil sera considéré comme faisant parti de la catégorie des "visiteurs" et celui-ci sera effacé du forum, en partant du principe que vous ne respectez pas au sens strict le règlement et au sens large les membres de la communauté qui vous ont accueillis !(ouvert) des "Membres de la Planète".

Nous comptons aussi sur vous pour respecter un délais raisonnable pour créer ou répondre à quelques sujets.




Planete Speedou

Forum de détente, de partage, d'amitié, sans prise de tête !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue ,Bienvenido, L'aaslama, Ahlan wa sahlan, 歡迎, 반갑습니다, добро пожаловать, Welcome, Καλός ήλθατε, Bonvenon, Gratus mihi venis, , مرحبا, Welkom, bonavinuta sur la Planète Speedou .............
Veuillez lire le règlement avant toute inscription et vous présenter aux autres membres après celle-ci, merci !
Si vous avez des questions à poser avant de vous inscrire, faites le dans la rubrique juste en dessous du règlement !
Voter pour la Planète Speedou

Weborama mesure d'audience et statistiques Votez pour ce site

Partagez | 
 

 Mes séries cultes - Star Trek

Aller en bas 
AuteurMessage
Speedou
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 7891
Age : 52
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 04/11/2008

MessageSujet: Mes séries cultes - Star Trek   Jeu 21 Juin - 2:53


Star Trek est un univers de science-fiction créé par Gene Roddenberry dans les années 1960 qui regroupe six séries télévisées, onze longs métrages (le dernier est sorti le 6 mai 2009), des centaines de romans et des dizaines de jeux vidéo, ainsi qu’une fanfiction importante. Elle est aussi une franchise de télévision et de cinéma appartenant à Paramount Pictures, propriété de la compagnie CBS. L'ensemble des séries télévisées à elles seules est considéré comme l'un des plus grands phénomènes culte des temps modernes.

Le public apprécie une émission qui dit que les catholiques et les musulmans, les Noirs et les Blancs vont finir par s'aimer. Il apprécie encore plus qu'on lui montre que nos descendants, lorsqu'ils voyageront dans l'espace, apprendront à aimer des êtres qui ressembleront peut-être à des limaces géantes.



Gene Roddenberry, 1966, dans Star Trek, le dossier, éd. Fleuve Noir, paru 1993, Patrice Duvic et Jacques Goimard.

Dans l'univers Star Trek, l'humanité développe le voyage spatial à vitesse supraluminique via un sub-espace artificiel suite à une période post-apocalyptique du milieu du XXIe siècle (voir le Jour du Premier Contact). Plus tard, l'homme s'unit à d'autres espèces intelligentes de la galaxie pour former la Fédération des planètes unies. À la suite d'une intervention extraterrestre et grâce à la science, l'humanité surmonte largement ses nombreux vices et faiblesses terrestres au XXIIIe siècle. Les histoires de Star Trek dépeignent souvent les aventures d'êtres humains et d'espèces extra-terrestres qui servent dans Starfleet, ainsi que les nombreux contacts de ceux-ci avec d'autres civilisations.



Les protagonistes dont les idéaux sont parfois imparfaitement appliqués aux dilemmes présentés dans la série, sont essentiellement altruistes. Les conflits et les dimensions politiques de Star Trek forment des allégories pour des réalités culturelles contemporaines ; la série télévisée originale de Star Trek aborda les questions des années 1960, tout comme plus tard des séries dérivées ont reflété des questions de leurs époques respectives. Les problèmes soulevés dans les différentes séries sont : la guerre et la paix, l'autoritarisme, l'impérialisme classique, la lutte des classes, l'eugénisme, la géopolitique, le racisme, les droits de l'homme, le sexisme, le féminisme et le rôle de la technologie.



L'univers Star Trek dépeint un futur optimiste, utopique, dans lequel l'humanité a éradiqué la maladie, le racisme, la pauvreté, l'intolérance et la guerre sur Terre. Elle s'est également unie à d'autres espèces intelligentes de la galaxie. Les personnages explorent l'espace, à la recherche de nouveaux mondes et de nouvelles civilisations et s'aventurent « là où aucun homme, là où personne, n'est jamais allé ».

Bien que la première série n'ait pas rencontré un grand succès lors de sa diffusion, il est apparu que cet univers suscitait beaucoup d'enthousiasme chez un public particulier de fans, les Trekkies ou Trekkers scolarisés. Ces amateurs inconditionnels ont fait le succès des rediffusions et créé un marché pour les séries suivantes et autres films fondés sur le travail de Gene Roddenberry. Star Trek reste au XXIe siècle un des divertissements de science-fiction les plus populaires de la télévision.


Résumons la situation. Nous sommes au début du 23è siècle. La Terre, après avoir réchappé à quelques accidents de l'Ere Nucléaire, est unifiée en une "Fédération des Planètes-Unies", où règne paix et démocratie. Le fleuron de sa flotte spatiale est l'Entreprise, un vaisseau-pilote chargé d'une mission d'exploration de 5 ans. Elle est commandée par le Capitaine James T. Kirk, secondé par son premier officier, un Vulcain nommé Spock. Enfin l'officier-médecin est le Docteur Mac Coy. Voila notre trio constitué, le quatrième personnage étant l'Entreprise elle-même.

La teneur de leur mission nous est rappelée à chaque épisode par le générique: "Espace, frontières de l'infini où voyage notre vaisseau spatial...sa mission de 5 ans: explorer de nouveaux Mondes étranges, découvrir de nouvelles vies, d'autres civilisations, et au mépris du danger, reculer l'impossible"... Suffisamment vaste pour aborder la plupart des grands thèmes métaphysiques: relativité du temps, rapports pensée-matière, dimensions parallèles, variété des hypothèses biologiques pouvant conduire à la vie. L'Entreprise va ainsi explorer une multitude de planètes fictives, observer différents fondements de civilisation possibles, et tenter de cerner ce qui fonde notre unicité dans l'univers.

Les histoires de Star Trek font partie intégrante de la culture américaine. À la suite d'une opération de lobbying des fans de la série, la NASA a accepté de nommer Enterprise le prototype de la navette spatiale.

Plusieurs épisodes de la première série se fondent sur une confrontation avec une puissance supérieure, généralement une race extraterrestre avancée (possédant souvent des formidables pouvoirs mentaux), avec une technologie de pointe, et avec un être humain ayant acquis, dans des circonstances particulières, des pouvoirs inhabituels, parfois avec un dieu. Souvent, le but de la puissance en question est d'asservir (ou de détruire) le vaisseau et son équipage, mais tous deux sont sauvés par le capitaine James T. Kirk (James R. Kirk dans le premier épisode de la série, Où l'homme dépasse l'homme), interprété par l'acteur William Shatner. Un cas exceptionnel est l'épisode fameux des Tribbles qui avec humour, fait entrevoir une autre série de thèmes possibles sur les divers points de vue des espèces ou l'environnement. Parfois le scénario est inversé, et les entités « supérieures » « moralisent » les humains (Arena, Les Arbitres du cosmos, L'Impasse). Certains épisodes font appel à des scénaristes réputés (par exemple Robert Bloch sur trois épisodes, dont celui concernant Jack l'Éventreur).

Il n'y a pas d'histoire se prolongeant tout le long de la série originale (contrairement à la série dérivée Deep Space Nine, ou dans une moindre mesure, Voyager), chaque épisode formant une structure close, séparée des autres, le seul élément de continuité étant la distribution et certains ennemis récurrents comme les Klingons. Tous les épisodes sont au format 52 minutes, sauf l'épisode La Ménagerie, en 2 x 52 minutes, en raison de la réutilisation du premier pilote The Cage, qui fait référence à un couple (équipage, vaisseau) plus ancien.

Star Trek à l'écran

L'univers de Star Trek est représenté à travers

cinq séries :

Star Trek ou La Patrouille du cosmos (appelée parfois en anglais Star Trek : The Original Series, TOS, ou Star Trek Classic)
Star Trek : La Nouvelle Génération (Star Trek: The Next Generation ou TNG)
Star Trek : Deep Space Nine (ou DS9)
Star Trek : Voyager
Enterprise devenu au cours de la troisième saison Star Trek : Enterprise

une série d'animation :

Star Trek : La série animée (suite de la première série)

et onze films :

Films mettant en scène l'équipage de La Série Originale :

Star Trek : Le Film (Star Trek: The Motion Picture) (1979)
Star Trek II : La Colère de Khan (Star Trek II : The Wrath of Khan) (1982)
Star Trek III : À la recherche de Spock (Star Trek III : The Search for Spock) (1984)
Star Trek IV : Retour sur Terre (Star Trek IV : The Voyage Home) (1986)
Star Trek V : L'Ultime Frontière (Star Trek V : The Final Frontier) (1988)
Star Trek VI : Terre Inconnue (Star Trek VI : The Undiscovered Country) (1991)

Film basé sur la série originale et sur Star Trek : La nouvelle génération :

Star Trek : Générations (Star Trek : Generations) (1994)

Films mettant en scène l'équipage de Star Trek : La nouvelle génération :

Star Trek : Premier Contact (Star Trek: First Contact) (1996)
Star Trek : Insurrection (Star Trek: Insurrection) (1998)
Star Trek : Nemesis (2002)

Film basé sur l'univers de Star Trek et reprenant les personnages de la série originale mais bouleversant la chronologie canon :

Star Trek (2009).
Star Trek Sequel (2013) (prévision)

Chaque épisode de la série illustre, à partir de métaphores variables, un thème métaphysique bien précis. Certains de ces thèmes reviennent même de manière constante.


Celui l'évolution universelle, par exemple. Star Trek nous fait rencontrer une infinité de modèles de civilisations, à travers lesquels revient une même idée centrale: l'évolution irait du matériel vers le spirituel, de la recherche de l'avoir vers celle de l'être. Grâce à un développement simultané de la science et de la conscience, l'homme est appelé à abolir la frontière entre matière, pensée, et énergie, et à s'affranchir ainsi de ses dernières limites...

Ainsi, les "Organiens" se sont développés au delà des besoins physiques et ont atteint une forme de vie constituée "de pure énergie, de pure pensée, totalement non-corporelle. Les Organiens sont aussi loin de nous dans l'évolution universelle, que nous des amibes", analyse Mr Spock. Déprimant pour notre amour-propre de Terriens? Pas du tout, car "il a fallu des millions d'années pour que les Organiens évoluent jusqu'à ce stade. Même les Dieux ne sont pas apparus en une nuit. Vous et moi n'avons pas à être embarrassés".



La force de Roddenberry sera d’écrire une « bible » qui sera encore respectée de nos jours au gré des différentes séries dérivées et des films qui prolongeront l’univers au cinéma : des races typées (les vulcains dénués d’émotions, les klingons très violents, etc), une organisation politique et géographique de l’univers de la série (la Fédération, Starfleet, l’Empire Klingon, l’empire Romulien, etc) et une Histoire du Futur faisant le lien entre le présent du téléspectateur et le futur présenté dans la série.

[


Voici la chronologie « en-univers Star Trek » des séries télévisées. Elle permet de situer dans le temps les événements s'y déroulant. On peut voir que les événements de la série Enterprise se déroulent 100 ans avant la série Star Trek et que les autres séries (TNG, DS9, VOY) s'y déroulent 100 ans après.

Star Trek, ou La Patrouille du cosmos au Québec, est une série télévisée américaine de science-fiction en 79 épisodes de 50 minutes, créée par Gene Roddenberry et diffusée entre le 8 septembre 1966 et le 3 juin 1969 sur le réseau NBC. Depuis Star Trek: The Next Generation (Star Trek TOS, 1987-1994), elle a été rebaptisée Star Trek: The Original Series.

Modelée sur la série western Wagon Train (La Grande Caravane), Star Trek raconte les aventures vécues, au XXIIIe siècle, par l'équipage du vaisseau spatial Enterprise NCC-1701 et son capitaine James T. Kirk. Leur mission quinquennale est d'explorer la galaxie afin d'y découvrir d'autres formes de vie et d'enrichir ainsi les connaissances humaines.


Au Québec, la série a été diffusée dès 1971, puis rediffusée sur différentes chaînes, dont TQS dans les années 1980, Canal D dans les années 1990 et sur Prise plus récemment. En France, la série n'a été diffusée que très tardivement sur une chaîne nationale, à partir du 23 août 1982 partiellement sur TF1, puis dans son intégralité sur La Cinq à partir du 5 juillet 1986. Rediffusion dès 1988 et en avril 1991 sur La Cinq. Puis en version multilingue sur Jimmy en 2001. Star Trek avait cependant été diffusée dès le début des années 1970 dans le Sud de la France, sur Télé Monte Carlo et dans l'Est sur Téléluxembourg.


Le directeur artistique Matt Jefferies faisait partie de l'équipe. Jefferies conçut le vaisseau Enterprise et l'essentiel de ses intérieurs. Ses contributions à la série ont été honorées par les tubes de Jefferies, un équipement décrit dans de nombreuses œuvres de Star Trek plus récentes. Jefferies créa avec son frère John Jefferies les phasers de Star Trek, et développa le design du pont principal de l‘Enterprise (basé sur un premier projet de Pato Guzman). Il utilisa son expérience d'aviateur durant la Seconde Guerre mondiale et sa connaissance des avions pour concevoir un pont fonctionnel et ergonomique.

Le styliste de Star Trek, Bill Theiss, est responsable du design caractéristique des uniformes de Starfleet et des costumes des guest stars féminines, ainsi que des divers extraterrestres comme les Klingons, Vulcains, Romuliens, Tellarites, Andoriens, Gideonites et autres.

L'artiste et sculpteur Wah Chang, qui avait travaillé pour Walt Disney, fut engagé pour des taches de conception et fabrication : il créa le communicateur dépliable, souvent considéré comme ayant influencé le design du téléphone mobile. Chang créa aussi un enregistreur portable nommé Tricordeur et de nombreux appareils fictifs pour l'équipe technique du vaisseau et l'infirmerie du bord. Plus tard dans la série, il contribua à la création de nombreux extraterrestres notables, comme le Gorn et le Horta.


Divers auteurs de science-fiction viendront collaborer ponctuellement, ce qui donnera au final des épisodes très variés et inégaux en qualité. Les meilleurs tendent nettement vers un discours philosophique, sociologique ou critique, particulièrement Arena, Au-delà du Far West, Le Dilemme, L'Impasse ou encore Les Arbitres du cosmos.

Un épisode, intitulé The Cage, n'a jamais été diffusé à la télévision. L'intrigue de l'épisode en deux parties La Ménagerie (The Menagerie) exploite l'intégralité de la trame du pilote. L'épisode The Cage n'a été doublé en français que lors de ce remontage. Il est toutefois disponible en version sous-titrée en français dans le coffret DVD de la troisième saison de Star Trek disponible en Europe.

Distribution


William Shatner (VQ : Yvon Thiboutot) : Capitaine James T. Kirk
Leonard Nimoy (VQ : Régis Dubos) : Spock
DeForest Kelley (VQ : Michel Georges) : Dr Leonard McCoy
James Doohan (VQ : Julien Bessette épisodes 2 à 22 et François Cartier épisodes 23 à 79 sauf épisode 61) : Montgomery Scott
George Takei (VQ : Daniel Roussel) : Hikaru Sulu
Walter Koenig (VQ : André Montmorency) : Pavel Chekov
Nichelle Nichols : (VQ : Arlette Sanders) : Nyota Uhura
Majel Barrett : Christine Chapel
Grace Lee Whitney : Yeoman Janice Rand (1966-1967)

Pour des raisons de budget, la série a largement réutilisé la musique composée pour certains épisodes. Sur les 79 épisodes diffusés, seuls 31 avaient une bande originale entièrement ou en partie composée pour eux. Le reste était repris sur les bandes d'autres épisodes. La décision de choisir les épisodes qui bénéficieraient d'une nouvelle musique revenait principalement à Robert H. Justman, le producteur associé des deux premières saisons.

N'ayant été acquise par aucune chaîne en France à l'époque, Star Trek fut doublée en français au Québec à partir de 1969 par la firme québécoise Sonolab de Montréal. Les textes en français étaient une adaptation de Michel Collet et Régis Dubos, qui prêtait également sa voix à M. Spock. Au Québec, cette série est connue sous le nom de Patrouille du cosmos. En France, diffusée seulement à partir de 1982 (3 ans après la sortie dans les salles du premier film), elle est connue sous son nom original Star Trek et, fait rare, est toujours diffusée avec le doublage québécois.

Détail particulier, bien que le seul doublage français de cette série ait été réalisé au Québec, on ne retrouve aucune piste sonore française sur les DVD originaux de Star Trek disponibles au Québec. En France, les DVD reprennent le doublage québécois. Les doublages en français originaux de certains épisodes n'ont toutefois pas tous survécu dans leur intégralité. La version française originale québécoise de certains épisodes, en particulier l'épisode "La Pomme", n'est pas complète. Certains passages ont dû être redoublés en France par d'autres comédiens afin d'obtenir une version française intégrale en vue de la sortie DVD. Ces doublages français sont maintenant disponibles au Québec avec la sortie des épisodes contenant les effets spéciaux refaits par ordinateur (version diffusée aux États-Unis à partir du 16 septembre 2006). Il s'agit d'une édition spéciale qui ne modifie pas l'histoire. Une restauration complète a également été réalisée afin de permettre une diffusion en haute définition.

L'accroche est lue en français par Daniel Roussel pour les 39 premiers épisodes, sauf l'épisode Ils étaient des millions (sixième épisode produit), dans laquelle elle est lue par Yvon Thiboutot. M. Thiboutot est la voix en français du capitaine Kirk dans tous les épisodes de la série sauf Où l'homme dépasse l'homme, où Kirk a été doublé par Hubert Noël. Yvon Thiboutot fait la lecture de cette narration pour les 40 derniers épisodes de la série. L'épisode Où l'homme dépasse l'homme n'a pas de narration lors de son générique...



Le vaisseau spatial Enterprise du capitaine Kirk chargé d'une mission d'exploration interstellaire de cinq ans (réplique située dans la ville de Vulcan, Alberta, Canada).

Liste des épisodes de Star Trek :

Première saison (1966-1967) - 29 épisodes


La Cage (The Cage) - premier pilote, non-diffusé

Ils étaient des millions (The Man Trap)
Charlie X (Charlie X)
Où l'homme dépasse l'homme (Where No Man Has Gone Before) — second pilote, diffusé comme 3e épisode
L'Équipage en folie (The Naked Time)
L'Imposteur (The Enemy Within)
Trois Femmes dans un vaisseau (Mudd's Women)
Planète des illusions (What Are Little Girls Made of?
Miri (Miri)
Les Voleurs d'esprit (Dagger of the Mind)
Fausses Manœuvres (The Corbomite Maneuver)
La Ménagerie - 1re partie (The Menagerie, Part 1)
La Ménagerie - 2e partie (The Menagerie, Part 2)
La Conscience du roi (The Conscience of the King)
Zone de terreur (Balance of Terror)
Une partie de campagne (Shore Leave)
Galilée ne répond plus (The Galileo Seven)
Le Chevalier de Dalos (The Squire of Gothos)
Arena (Arena)
Demain sera hier (Tomorrow Is Yesterday)
Cour martiale (Court Martial)
Le Retour des Archons (The Return of the Archons)
Les Derniers Tyrans (Space Seed)
Échec et Diplomatie (A Taste of Armageddon)
Un coin de paradis (This Side of Paradise)
Les Mines de Horta (The Devil in the Dark)
Les Arbitres du cosmos (Errand of Mercy)
Les Jumeaux de l'Apocalypse (The Alternative Factor)
Contretemps (The City on the Edge of Forever)
La Lumière qui tue (Operation -- Annihilate!)

Deuxième saison (1967-1968) - 26 épisodes


Le Mal du pays (Amok Time)
Pauvre Apollon (Who Mourns for Adonais?)
Le Korrigan (The Changeling)
Miroir (Mirror, Mirror)
La Pomme (The Apple)
La Machine infernale (The Doomsday Machine)
Dans les griffes du chat (Catspaw)
Mudd (I, Mudd)
Guerre, amour et compagnon (Metamorphosis)
Un tour à Babel (Journey to Babel)
Un enfant doit mourir (Friday's Child)
Les Années noires (The Deadly Years)
Obsession (Obsession)
Un loup dans la bergerie (Wolf in the Fold)
Tribulations (The Trouble With Tribbles)
Les Enchères de Triskelion (The Gamesters of Triskelion)
Une partie des actions (A Piece of the Action)
Amibe (The Immunity Syndrome)
Guerre et Magie (A Private Little War)
Retour sur soi-même (Return to Tomorrow)
Fraternitaire (Patterns of Force)
Tu n'es que poussière (By Any Other Name)
Nous, le peuple (The Omega Glory)
Unité multitronique (The Ultimate Computer)
Sur les chemins de Rome (Bread and Circuses).
Mission : Terre (Assignment: Earth)

Troisième saison (1968-1969) - 24 épisodes


Le Cerveau de Spock (Spock's Brain)
Le Traître (The Enterprise Incident)
Illusion (The Paradise Syndrome)
La Révolte des enfants (And the Children Shall Lead)
Veritas (Is There In Truth No Beauty?)
Au-delà du Far West (Spectre of the Gun)
La Colombe (Day of the Dove)
Au bout de l'Infini (For the World Is Hollow and I Have Touched the Sky)
Le Piège des Tholiens (The Tholian Web)
Les Descendants (Plato's Stepchildren)
Clin d'œil (Wink of an Eye)
L'Impasse (The Empath)
Hélène de Troie (Elaan of Troyius)
La Colère des dieux (Whom Gods Destroy)
Le Dilemme (Let That Be Your Last Battlefield)
Le Signe de Gédéon (The Mark of Gideon)
Les Survivants (That Which Survives)
Les Lumières de Zetar (The Lights of Zetar)
Requiem pour Mathusalem (Requiem for Methuselah)
Le Chemin d'Eden (The Way to Eden)
Nuages (The Cloud Minders)
La Frontière (The Savage Curtain)
Le Passé (All Our Yesterdays)
L'Importun (Turnabout Intruder)

A partir de 1969, NBC revend la série à des chaînes privées locales aux USA, qui la rediffusent de façon quotidienne ou hebdomadaire. Aux cours des rediffusions, la série touche de plus en plus de personnes et le nombre de fans augmente chaque semaine un peu plus. En 1972, la première convention accueille déjà plus de 10000 fans et le nombre total de fans se compte en centaines de milliers. En 1977, NBC, qui regrette amèrement d'avoir cédé la série pour si peu, a le projet de lancer une chaîne privée lui appartenant. Etant donné que Gene Roddenberry est tenté de commencer une nouvelle série Star Trek, NBC lui propose de faire d'une pierre deux coups: cette série s'appellera " Star Trek: Phase II " et son pilote sera diffusé pour l'inauguration de la chaîne.
Gene Roddenberry crée alors un nouvel équipage, change l'aspect du vaisseau et demande à des auteurs d'écrire les scénarios pour les nouveaux épisodes. Ce nouveau vaisseau sera toujours l'Enterprise, mais son nouveau capitaine sera Will Decker (fils de Matt Decker, qui est tué dans l'épisode "La machine infernale" de la série originale) et son second sera une femme: Ilia. Malheureusement, NBC abandonne son projet de chaîne privée et un second évènement vient bouleverser le monde de la science-fiction: le succès de la 20th Century Fox avec Star Wars. La Paramount décide donc de transformer l'épisode pilote en film de cinéma et de rappeler l'ancien équipage, réclamé à corps et à cris par les fans. "Star Trek: le film" sort en 1979.

tar Trek rendit célèbre son équipe d'acteurs pour la plupart inconnus. DeForest Kelley était apparu dans de nombreux films et émissions télévisées, mais surtout dans des petits rôles de « méchant ». Leonard Nimoy avait également une expérience au cinéma et à la télévision, mais n'était guère connu non plus. Il avait joué auparavant avec William Shatner dans un épisode de 1964 de Des agents très spéciaux, "The Project Strigas Affair", et avec Kelley dans un épisode de 1963 du Virginien, "Man of Violence", tous les deux plus de deux ans avant la première diffusion de Star Trek. Avant Star Trek, William Shatner était déjà bien connu dans le milieu, pour quelques apparitions dans des films marquants, pour avoir joué Cyrano de Bergerac à Broadway, et même pour avoir refusé le rôle du Docteur Kildare. Cependant, comme les rôles se faisaient rares, il accepta de remplacer Jeffrey Hunter comme capitaine après l'échec du premier pilote, The Cage.

Après la diffusion des épisodes, beaucoup d'acteurs se trouvèrent « catalogués » par leur rôle dans la série. L'acteur de Star Trek : La Nouvelle Génération Michael Dorn a cependant déclaré en 1991 : « Si ce qui est arrivé à la première équipe est appelé catalogage, alors je veux être catalogué. Bien sûr, ils n'ont pas eu de rôles après Trek. Mais ils font leur sixième film. Nommez-moi quelqu'un d'autre à la télévision qui a fait six films8 ! »

Les trois personnages principaux sont Kirk, Spock et McCoy, dont les scénaristes ont souvent fait se heurter les personnalités : Kirk est passionné et souvent agressif, avec un discret sens de l'humour, Spock est froidement logique et McCoy sardonique, mais toujours compatissant. Ils se heurtent dans de nombreux épisodes, avec Kirk obligé de prendre des décisions difficiles, tandis que Spock propose la solution logique, mais parfois inhumaine et McCoy (ou « Bones », comme Kirk le surnomme) insiste pour faire ce qui causera le moins de mal. McCoy et Spock ont une relation d'affrontement qui masque la véritable affection et le respect qu'ils ont l'un pour l'autre, et leurs débats constants devinrent très populaires parmi les téléspectateurs. La série mettait tellement en avant le dialogue que le scénariste et réalisateur Nicholas Meyer (impliqué dans plusieurs films de Star Trek) la qualifia de « dramatique radio », en faisant passer un épisode sans l'image à une classe de cinéma pour prouver que l'intrigue était encore compréhensible.



Spock

Le personnage de Spock avait été au début rejeté par les responsables du réseau, qui craignaient que son apparence vaguement « satanique » (avec ses oreilles en pointe et ses épais sourcils) puisse déranger certains téléspectateurs. Le réseau avait même gommé le bout des oreilles de Spock et allégé ses sourcils sur les produits publicitaires envoyés à ses filiales. Le Vulcain devint cependant progressivement un des personnages les plus populaires de la série, comme McCoy avec sa personnalité de médecin de campagne compatissant. Spock devint en fait une sorte de sex symbol – chose à laquelle personne ne s'attendait. Leonard Nimoy note que la question de l'extraordinaire sex appeal de Spock apparaissait « presque chaque fois que je parlais à quelqu'un de la presse... Je n'y ai jamais consacré une pensée... essayer de régler cette question de M. Spock comme sex symbol est stupide. »



Voici un site qui vous fournira de l'information complète sur la première mouture de Star Trek : http://fr.memory-alpha.org/wiki/Accueil

Si vous voulez jouer : http://www.trek-ts.org

Nostalgique des sons : http://www.universal-soundbank.com/startrek.htm

Star Trek : La série animée



Star Trek : La série animée (Star Trek: The Animated Series) est une série télévisée d'animation américaine en 22 épisodes de 26 minutes, créée d'après la série originale et diffusée entre le 15 septembre 1973 et le 12 octobre 1974 sur le réseau NBC. Au Canada, la série a été diffusée sur Radio-Canada dans les années 1970-1980. En France, la série a été diffusée entre le 28 mars et le 30 mai 1998 sur Canal J. Cette série destinée aux enfants, comme aux adultes, met en scène la suite des aventures de l'équipage de la série Star Trek.

Première saison (1973-1974)


Au-delà de l’étoile morte (Beyond the Farthest Star) - titre Ciné-Synq: "L'étoile morte"
Retour dans le passé (Yesteryear) - titre Ciné-Synq: "Le petit Spock"
Il nous manque une planète (One of Our Planets Is Missing)
L’Appel de Loreli (The Lorelei Signal) - titre Ciné-Synq: "Le chant des sirènes"
Les Soucis du Capitaine Kirk (More Tribbles, More Troubles) - titre Ciné-Synq: "Tribulations"
Le Survivant (The Survivor)
L’Éternel Vulcain (The Infinite Vulcain) - titre Ciné-Synq: "Duplicité"
La Magie des Megas 2 (The Magicks of Megas-Tu)
Il était une fois une planète (Once Upon a Planet)
La Passion de M. Mudd (Mudd’s Passion) - titre Ciné-Synq: "L'élexir d'amour"
L’Incident de Terratin (The Terratin Incident)
Le Piège du temps (Time Trap) - titre Ciné-Synq: "La souricière"
Mutation sur Argos (The Ambergris Element)
L’Arme des Slavennes (Slaver Weapon)
La Planète mystérieuse (The Eye of the Beholder)
Jihad (Jihad)

Deuxième saison (1974)


Les Pirates d’Orion (The Pirates of Orion)
Le Commandeur Bem (BEM)
Le Farceur (Practical Joker) - titre Ciné-Synq: "Farces et attrapes "
Dramia : L’Épidémie (Albatross)
Le Retour de Kukulhan (How Sharper than a Serpent’s Tooth)
L’Univers à l’envers (The Counter-Clock Incident)

En juin 1973, soit quatre ans après la fin de la série originale, une série d'animation réunit à nouveau les membres de l’ Enterprise. Tous les acteurs, à l’exception de Walter Koenig, prêtèrent leurs voix à leurs doubles animés. Toujours à l’affût, Gene Roddenberry avait un rôle de conseiller. La plupart des scénaristes étaient ceux de la série télévisée, ce qui explique les nombreuses références aux personnages et aux lieux qu’a connu l’équipage de l’ Enterprise. Il remporta un Emmy Award.



Afin de limiter les frais de production et de tabler sur un public jeune, dont la fidélisation est plus facile et plus rentable, la société Filmation confia à Gene Roddenberry et son équipe la réalisation d'une série animée devant donner une suite à la série originale Star Trek. Cependant, si le projet avait tout pour plaire sur le papier (mêmes scénaristes, mêmes personnages et mêmes acteurs), la piètre qualité de l'animation dérouta rapidement à la fois le jeune public et les habitués de Star Trek, ce qui contraint la chaîne NBC à arrêter la diffusion de la série au terme de la seconde saison.

L'échec de ce projet a amené Gene Roddeneberry et la production de Star Trek à le renier complètement. Cependant, la qualité des scénarios de ce dessin animé le rend encore tout à fait regardable de nos jours, surtout si l'on est un amateur de l'univers de Star Trek. C'est pourquoi la Paramount en éditera l'intégralité (22 épisodes) dans un coffret 4 DVD (très probablement identique à l'édition zone 1) le 1er décembre prochain.

La très bonne nouvelle est que la série est proposée avec des pistes anglaise et française remasterisée en Dolby Digital 5.1 et accompagnée de sous-titre français.
Comme toujours, des suppléments intéressants sont au rendez-vous :

- Commentaires audio
- Galeries de photos
- Story-boards
- 2 documentaires

Star Trek : La Nouvelle Génération



Star Trek : La Nouvelle Génération (Star Trek: The Next Generation) est une série télévisée américaine en 178 épisodes de 45 minutes, créée par Gene Roddenberry et diffusée entre le 28 septembre 1987 et le 23 mai 1994 en syndication. En France, la série a été diffusée à partir de 1996 sur Jimmy et au Québec sur Ztélé.


Cette série raconte les aventures, au XXIVe siècle, du vaisseau USS Enterprise (NCC-1701-D), commandé par un capitaine d'origine française, Jean-Luc Picard, et de son équipage.



Personnages principaux


Patrick Stewart (VF : Alain Choquet) : Capitaine Jean-Luc Picard
Jonathan Frakes (VF : Bernard Bollet) : Commandeur William T. Riker
Brent Spiner (VF : Jean-Pol Brissart) : Lieutenant Commandeur Data
LeVar Burton (VF : Gérard Malabat) : Lieutenant Commandeur Geordi La Forge
Michael Dorn (VF : Michel Blin) : Lieutenant Worf
Gates McFadden (VF : Valérie Jeannet) : Docteur Beverly Crusher (1987-1988, 1989-1994)
Marina Sirtis (VF : Anne Plumet) : Conseillère Deanna Troi
Colm Meaney (VF : Jean-Pierre Rigaux) : Chef Miles O'Brien
Denise Crosby (VF : Laurence Dourlens) : Lieutenant Tasha Yar (1987-1988)
Wil Wheaton (VF : Nicolas Grossetête) : Enseigne/Aspirant Wesley Crusher (1987-1990)
Diana Muldaur (VF : Danièle Hazan) : Docteur Katherine Pulaski (1988-1989)
Michelle Forbes (VF : Marie-Madeleine Ledoze) : Enseigne Ro Laren (1991-1992, 1994)

Pour la liste complète des épisodes :

La liste sur Wikipédia.org

La série est en cours de restauration à partir des négatifs 35mm, et la première saison sera publiée sur support Blu-ray et en haute-définition (1080p) en 2012.

Si vous désirez encore plus d'infos :

http://uss-france.strangewc.com/tng.htm
http://fr.memory-alpha.org/wiki/Star_Trek:_The_Next_Generation



Il reste encore trois opus de la série que je n'ai pas encore vu :

Star Trek : Deep Space Nine (ou DS9)
Star Trek : Voyager
Enterprise devenu au cours de la troisième saison Star Trek : Enterprise




Sources :

http://fr.wikipedia.org
http://uss-france.strangewc.com
http://www.leblogducinema.com
http://www.syti.net
http://www.imdb.fr
http://www.dvdseries.net
http://uss-france.strangewc.com



_________________
Le monde du partage doit remplacer le partage du monde
Revenir en haut Aller en bas
 
Mes séries cultes - Star Trek
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MAC Star Trek - Europe 10 Septembre 2016
» Nouvelle Star: Lary de Fontaine les Dijon
» Orange Cinéma Séries
» STAR POWDERS
» Masques de Star Wars

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Planete Speedou :: Cinéma,Tv,Musique,littérature,Théatre.... :: La télévision-
Sauter vers: